À l’origine d’un infarctus sur deux en France et touchant environ 20% de la population française, le cholestérol est néfaste et dangereux pour la santé. Un taux de cholestérol élevé peut être diagnostiqué à tout âge et, de ce fait, il est important d’agir en amont pour éviter les problèmes. Maîtriser ce que nous mangeons et adopter de bonnes habitudes pour réduire le mauvais cholestérol en quelques semaines : mode d’emploi.

Qu’est-ce que le cholestérol ?

Le cholestérol est une substance cireuse naturellement présente dans le sang. Principalement produit dans le foie, le cholestérol est également apporté par la consommation de certains aliments comme la viande rouge, les fromages riches en graisses, le beurre et les œufs. Essentiel au maintien d’un organisme en bonne santé, le cholestérol peut devenir un véritable ennemi, si son taux dans le sang est trop élevé.

L’hypercholestérolémie est un problème courant et un facteur de risque dans le développement des maladies coronariennes. Plus encore, un excès de cholestérol se présente bien souvent comme un mal insidieux, dont les individus concernés n’ont pas conscience. Une visite chez le généraliste et une prise de sang suffisent généralement à tirer la sonnette d’alarme afin d’adopter un régime alimentaire et un mode de vie sains visant à réduire le taux de cholestérol et donc les risques associés à un taux de cholestérol trop élevé.

Bon et mauvais cholestérol

Le cholestérol est transporté dans le sang grâce à des ” véhicules ” appelés lipoprotéines. Il existe deux types de lipoprotéines :

  • Les LDL (lipoprotéines de basse densité), celles que l’on qualifie de ” mauvais ” cholestérol. En quantités trop importantes dans le sang, les LDL risquent de s’accumuler lentement dans les artères, les rendant de plus en plus étroites et augmentant le risque de maladies coronariennes.
  • Les HDL (lipoprotéines de haute densité), également appelées « bon cholestérol ». Ce dernier contribue à éliminer l’excès de cholestérol de la circulation sanguine, le ramenant au foie dans lequel il est décomposé et éliminé de l’organisme.

Comment réduire le niveau de (mauvais) cholestérol ?

Avant de penser aux médicaments, il est possible de prendre des habitudes de vie qui permettent de réduire naturellement le taux de mauvais cholestérol dans le sang. Parmi celles-ci :

Un petit-déjeuner riche en céréales complètes

Les études scientifiques ont démontré que certaines céréales ont un effet positif sur la santé cardiaque. C’est notamment le cas de l’avoine, dont la teneur en bêta-glucane peut réduire le taux de mauvais cholestérol, sans pour autant affecter le bon cholestérol. 3 grammes de bêta-glucane d’avoine par jour suffisent ainsi à réduire la quantité de cholestérol dans le sang et à nous protéger du risque de maladies cardio-vasculaires.

Des noix à grignoter

Une petite fringale au bureau ? Les noix sont riches en acides gras insaturés et contiennent moins d’acides gras saturés que bon nombre d’autres encas coupe-faim. Ajoutées aux salades, avec quelques fruits secs et un mélange de graines de lin et de graines de chia, elles forment un délicieux accompagnement nutritif et savoureux à souhait.

De l’exercice physique

Les professionnels de santé sont formels : le surpoids et le fait de rester assis toute la journée augmentent les risques d’hypertension artérielle et d’hypercholestérolémie. En effet, la position assise ne permet pas le traitement normal des graisses et du sucre. Le fait de se lever et de se déplacer contribue ainsi à décomposer les graisses et les sucres plus efficacement dans l’organisme. Trente minutes ou des mouvements aérobiques réguliers, à raison de plusieurs fois par semaine, peuvent contribuer à augmenter le taux de bon cholestérol dans le corps.

La distinction entre bonnes et mauvaises graisses

Les acides gras mono-insaturés n’ont pas d’effet direct sur le taux de cholestérol dans le sang. Ils pourraient même faire baisser le taux de mauvais cholestérol. Il convient donc de miser sue ces produits, en les privilégiant dans son alimentation. Il s’agit notamment de certaines huiles consommées à température ambiante, comme l’huile d’olive, l’huile d’arachide et l’huile de sésame. Le fait de limiter ou de réduire les acides gras saturés comme le fromage, la viande rouge, le beurre et le lait entier, contribue également à éviter l’augmentation du niveau de cholestérol global dans le sang. De même, les viandes maigres et les viandes blanches comme la volaille sont meilleures pour la santé des artères que les viandes rouges. Par ailleurs, certains aliments riches en fibres, comme les haricots par exemple, peuvent réduire la quantité de cholestérol absorbée dans le sang. Les légumineuses comme les pois chiches, les lentilles et les haricots sont tout à fait indiquées pour les personnes ayant un taux de cholestérol élevé, car elles sont faibles en gras et riches en nutriments, comme les vitamines B, le fer et les acides gras insaturés. Elles sont également une excellente source de fibres solubles, ce qui contribue à abaisser le taux de cholestérol.

Plus D’ÉPICES, moins de sel

Le sel augmente la saveur des aliments, mais il présente également de nombreux inconvénients en matière de santé. Il convient de limiter sa consommation de sel à moins de 6 grammes par jour. Pour compenser la perte de goût – si perte il y a – les herbes, les épices l’ail sont d’excellents substituts. À ce titre, les études montrent que l’ail permet de faire baisser le taux de mauvais cholestérol dans le sang et d’augmenter le niveau de bon cholestérol. Il aide également à fluidifier le sang, réduisant ainsi le risque d’infarctus.

Moins d’alcool ou de tabac

Le soir, notamment, la réduction d’alcool et de tabac ou, idéalement, l’abstinence totale, contribue à un meilleur sommeil et agit favorablement sur la circulation sanguine.

Un sommeil régulier

Le manque de sommeil est indéniablement lié aux maladies cardiaques et aux accidents vasculaires cérébraux. Il s’agit de faire en sorte que le sommeil soit le plus paisible possible, à raison de sept à huit heures de repos par nuit.

Les habitudes présentées ci-dessus sont faciles à adopter par tout un chacun et peuvent rapidement faire baisser le taux de mauvais cholestérol dans le sang. Il convient néanmoins de faire un bilan lipidique régulier afin de s’assurer d’un taux de cholestérol « normal », nous mettant à l’abri de maladies cardio-vasculaires et autres pathologies graves directement liées à l’hypercholestérolémie.

1054 mots

Combien coûte la rédaction d’un article santé et bien-être de ce type ?

Sur cUltiSanté, ce type d’article santé et bien-être est vendu au tarif défini par l’auteur, soit 76€ HT.

Ce contenu vous séduit ? Vous aimeriez un contenu santé et bien-être similaire pour votre site web ? Cliquez ici pour en savoir plus sur l’auteur