Également connue sous le nom de « pilule d’urgence », la pilule du lendemain doit être prise dans les 72 heures qui suivent un rapport sexuel dans les cas suivants :

  • Un rapport sexuel sans moyen de contraception
  • Un oubli de prise de pilule contraceptive
  • Une mauvaise manipulation d’un dispositif de contraception comme un anneau ou un patch
  • Un préservatif causant des problèmes (déplacement, déchirement, mauvais placement…)
  • Des symptômes adjacents lors de la prise d’un contraceptif oral (vomissements, diarhhée) susceptibles d’en diminuer l’effet.

Contrairement aux idées reçues, la pilule du lendemain n’est pas une pilule abortive. Elle ne protège pas non plus contre les maladies sexuellement transmissibles. Par ailleurs, elle ne garantit pas l’empêchement de la fécondation mais diminue de 75 à 89% les chances pour une femme de tomber enceinte si elle est prise dans les 3 jours qui suivent le rapport sexuel.

En France, la pilule du lendemain existe sous deux solutions, chacune se présentant comme un comprimé unique contenant uniquement un progestatif. Le NorLevo ® et le EllaOne ® sont les médicaments en question qui doivent être pris le plus rapidement possible après un rapport sexuel non protégé (ou un rapport sexuel répondant aux conditions présentées plus haut).

La pilule du lendemain peut entraîner des effets secondaires comme des nausées, voire des vomissements. Les règles apparaissent quelques jours après la prise de la pilule d’urgence et, dans un cas sur deux, à la date prévue. Dès le premier jour des règles, une pilule contraceptive habituelle peut être reprise, mais un test de grossesse doit être envisagé trois semaines après le rapport sexuel.

La pilule du lendemain est disponible en pharmacie, sans ordonnance et son prix varie de 4 à 18 euros selon les marques. Elle est proposée gratuitement et de manière anonyme aux femmes mineures et peut être obtenue par le biais de l’infirmière scolaire dans les lycées et les collèges. Les droits des femmes par rapport à la pilule du lendemain sont présentés sur le site du Service Public.

339 mots

Combien coûte la rédaction d’un article santé et bien-être de ce type ?

L’agence éditoriale cUltiWeb propose ce type d’article santé et bien-être au prix de 18€ HT (image libre de droit comprise). Ce contenu vous séduit ? Vous aimeriez un contenu santé et bien-être similaire pour votre site web ? Cliquez ici pour obtenir un devis en seulement 24 heures sur le site cUltiWeb.fr.