Un jour, alors que deux collègues de travail discutaient près de la machine à café, l’une dit à l’autre : « Je remarque qu’à chaque fois que tu te fâches avec des clients au téléphone, tu profères un tas de remarques négatives à leur sujet dès que tu as raccroché ». Une simple phrase qui, dans la tête de la destinataire, se manifeste comme une véritable prise de conscience. Au cours des jours qui suivent, cette dernière commence à analyser son comportement, plus particulièrement aux termes de conversations houleuses avec des clients difficiles. Il s’avère que la remarque de sa collègue est tout à fait correcte : le discours personnel dans sa tête est négatif et dur la plupart du temps et cela la pousse à proférer des remarques déplacées.

Nous sommes nombreux à faire la même chose : les paroles qui s’agitent dans nos têtes nous rendent fous. Elles sont également responsables de bon nombre de nos échecs et conditionnent notre comportement. Tant que nous ne parvenons pas à contrôler cette vilaine petite voix négative dans notre tête, nous tournons en rond, tel un poisson dans un aquarium.

La question est la suivante : si vous ne pouvez pas la faire taire, comment prendre le contrôle de cette petite voix et enfin vous libérer de pensées négatives qui vous empêchent d’avancer ?

Prenez conscience de la conversation qui a lieu dans votre tête

Tant que vous n’avez pas conscience du ridicule de votre propre discours, vous ne pouvez pas le changer. En reprenant l’exemple mentionné ci-dessus, la personne qui finit par jurer et insulter les clients après avoir raccroché le téléphone est, elle-même, victime d’une situation tout à fait ridicule, dans la mesure où les clients en question ne peuvent plus l’entendre lorsqu’elle prononce des insultes à leur égard. Lorsque l’on prend conscience de notre propre conversation, il est possible que l’on soit déçu par nos propres paroles. Le langage négatif qui sort de notre bouche est complètement décalé par rapport à ce que nous faisons dans le monde réel. Prendre conscience de nos paroles est un moyen utile de compatir avec nous-mêmes. Un conseil : ne vous mettez pas en colère et ne critiquez pas vos propres pensées. La prise de conscience est donc une première étape combattre le vilain locataire permanent dans votre tête.

Évaluez le degré d’importance que prend la petite voix

Cette « petite voix » est-elle vraiment négative la plupart du temps ? C’est une question qu’il faut vous poser. Il est tout à fait possible que votre réponse à cette question soit positive. Cela est tout à fait normal : votre cerveau est en mode de survie et tente de vous protéger des dangers du monde extérieur au quotidien. Néanmoins, si la petite voix dans votre tête est, la plupart du temps, négative, cela risquera d’affecter vos résultats et la façon dont vous voyez le monde. Pour éviter cela, il vous faut changer le discours qui prend forme dans votre tête et, même si cela est difficile à admettre, cela ne se fera pas du jour au lendemain. Pour ce faire, prenez lentement conscience de la conversation qui a lieu dans votre tête et commencez à la tourner en discours positif dès que vous pouvez.

Pour que cela fonctionne, il faut que vous soyez gentille avec vous-même, mais aussi par rapport aux autres. Prenez garde à ne pas juger les gens ou à les critiquer trop vite. Si le discours, dans votre tête, est trop négatif, dites-vous « je fais de mon mieux ». Une autre manière de modifier ce que vous dit cette vilaine petite voix est de prendre le rôle de l’adulte qui parle à l’enfant. Devenez votre propre coach et essayez de modifier et d’améliorer votre quotidien grâce à vos propres efforts.

Se libérer de pensées négatives pour continuer à avancer

Devenez votre propre héros

Cela peut vous faire sourire, mais la conversation dans votre tête peut être changée en considérant que vous vous parlez comme vous le feriez à votre héros. Imaginez, devant vous, votre idole de tous les temps : il n’est pas question de lui parler de manière négative, de jurer ou de vous énerver, n’est-ce pas ? Il vous faut appréhender la conversation dans votre tête de la même manière qu’une conversation avec votre idole ; c’est une manière d’introduire de la discipline dans la manière dont vous parlez à vous-même.

Faites entrer des influx positifs dans votre tête

Sachez que tout ce qui vous vient à l’esprit façonne votre conversation intérieure d’une manière ou d’une autre. Ainsi, si vous saturez votre tête de mauvaises émissions de télévision, de personnes toxiques et d’amis ou de collègues négatifs en permanence, vous engendrez un flux d’informations négatives qui risquent d’altérer votre pensée et donc, votre comportement et votre discours. En d’autres termes, si ce qui entre et de mauvaise qualité, ce qui en sort le sera également.

Vous l’avez compris : il s’agit d’essayer de remplir votre cerveau avec des choses bien plus positives. Si vous ne savez pas comment vous y prendre, commencez par lire des livres : chaque mot, chaque page, chaque chapitre est un moyen supplémentaire d’enraciner des éléments positifs dans votre esprit et de changer ce qui se passe dans votre tête. Pour commencer, pourquoi ne pas miser sur un ou deux livres positifs par mois ?

Disciplinez la conversation dans votre tête

La discipline est un pilier fondamental dans tout type de changement et plus encore lorsqu’il s’agit de votre propre vie. Concernant la petite voix intérieure, la discipline a également son importance. Si vous propres pensées négatives vous obsèdent, il vous faut les discipliner rapidement pour les faire taire. Ainsi, lorsque votre esprit commence à vous faire penser à des choses incroyablement négatives, ne le laissez pas repartir impuni. Agissez de manière responsable et insistez pour arrêter de penser ou de parler de manière négative lorsque vous en prenez conscience. Créer de la discipline, c’est pouvoir empêcher les conversations négatives de poursuivre leur route et de détourner tout ce que vous essayez de créer dans la vie.

Cassez le modèle au moment présent

Dès que vous entendez, dans votre tête, un discours négatif, la meilleure chose que vous puissiez faire est de le briser. Interrompez immédiatement la conversation dans votre tête et pensez à ce que vous voulez qu’elle soit. Dans tous les cas, ne laissez pas le schéma se construire et se poursuivre. Pensez à ce discours négatif comme un vieux disque des années 80. Un disque vinyle rayé dont vous vous emparez et que vous détruisez à l’aide d’un couteau tranchant. Abîmez-le, cassez-le, détériorez-le : peu importe ce que vous faites avec ce disque, mais débarrassez-vous en une fois pour toutes.

Venir à bout de la vilaine petite voix négative dans votre esprit n’est pas une mince affaire. L’idée, le but du jeu, est d’influencer la conversation qui se produit dans votre propre esprit en commençant par être consciente de ce que vous dites. Dans votre tête, essayez de vous dire régulièrement : « comment puis-je être gentille avec cette personne ? ». En changeant votre discours personnel, en repensant votre discours intérieur, vous parviendrez à tuer le discours négatif et observerez les changements que cela provoque, tant sur le plan personnel que professionnel.

1216 mots

EN SAVOIR PLUS SUR CET AUTEUR ET LUI DEMANDER UN DEVIS

 

Combien coûte la rédaction d’un article santé et bien-être de ce type ?

Sur cUltiWeb, ce type d’article santé et bien-être est vendu en moyenne au prix de 85€ HT.

Ce contenu vous séduit ? Vous aimeriez un contenu santé et bien-être similaire pour votre site web ? Cliquez ici pour en savoir plus sur l’auteur