Certaines personnes passent à travers des phases difficiles. C’est à ce moment que peut s’installer une dépression légère qui, si elle n’est pas identifiée, peut rapidement prendre le pas sur le quotidien et le mental de chacun d’entre nous. Il existe plusieurs formes de dépression et, s’il n’est nullement notre intention de décrire chacune d’entre elles, cet article s’intéresse aux signes avant-coureurs de la dépression. Il répond à la question suivante : « comment savoir si vous êtes en proie à la dépression ? ».

La dépression : une définition

Le mot « dépression » évoque de nombreuses choses selon les individus. En entendant ou en lisant ce terme, on pense notamment à quelqu’un qui agit de manière triste la plupart du temps, qui a tendance à pleurer pour des raisons apparemment futiles, qui ne ressent aucune émotion (positive ou négative), qui a du mal à sortir de chez lui, qui ne trouve plus aucun sens dans son travail, qui ne peut pas prendre soin de lui-même et encore moins des autres et, dans les cas extrêmes, qui pense ou parle de suicide.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, « la dépression constitue un trouble mental courant, caractérisé par la tristesse, la perte d’intérêt ou de plaisir, des sentiments de culpabilité ou de faible estime de soi, des troubles du sommeil ou de l’appétit, d’une sensation de fatigue et d’un manque de concentration. » Dans sa définition, l’OMS explique également que la dépression peut durer longtemps comme elle peut survenir de manière récurrente et qu’elle atteint les individus dans tous les domaines de la vie : au travail, dans la vie quotidienne, à l’école… La dépression légère se traite généralement sans médicament. Lorsqu’elle atteint un stade modéré ou grave, un protocole médicamenteux et une thérapie par le dialogue sont envisagés.

Les nombreux visages de la dépression

La dépression présente plusieurs stades et se cache derrière de multiples visages et symptômes. Même si cette pathologie n’est pas totalement invalidante, elle est une réalité qui impacte négativement sur nos vies, nos relations et altère nos capacités. Difficile à reconnaître, la dépression légère s’immisce comme un mal dont les symptômes sont parfois ignorés, volontairement ou non. Un mal qui peut devenir dangereux s’il n’est pas reconnu et pris en charge à temps.

S’il n’existe pas de liste de symptômes indiquant le passage d’une dépression légère, il faut néanmoins être attentif aux symptômes et faits suivants :

  • Rien ne vous divertit : vous cherchez quelque chose sans pouvoir l’atteindre et revenez les mains vides en vous sentant dépité(e).
  • Vous manquez d’entrain ; les projets sur lesquels vous travaillez vous semble interminables. Une réelle corvée pour laquelle vous traînez des pieds. Les études montrent que le névrotisme, c’est-à-dire la tendance à tout voir en noir, est associé à une production plus faible.
  • Vous manquez d’énergie, soit parce que vous ne vous reposez pas assez en raison de votre anxiété ou que vous essayez d’accomplir trop de tâches dans une seule journée et vous punissez vous-même en restant debout. Quelle que soit la raison, vous semblez fatigué(e).
  • Vous vous sentez moins bien le matin et le soir. Le poids de la journée qui vous attend vous semble écrasant. Plus le jour avance, plus vous vous sentez libéré(e) de toute attente et profitez d’un moment de répit.
  • Vous éprouvez du ressentiment envers les autres et, même si vous accomplissez les tâches qui vous incombent, vous avez tendance à vous mettre en colère souvent. Vous éprouvez de la jalousie et de l’amertume envers les gens qui vous semblent heureux.
  • Votre langage personnel devient caustique. Vous dites des choses méchantes pour choquer et vous utilisez la haine comme motivation.
  • Vous vous sentez à l’écart des gens qui vous entourent. Il devient difficile d’avoir des relations et des conversations sincères avec vous, votre entourage pensant d’abord à ne pas vous faire de mal.
  • Vous vous privez de travail créatif. Ceci contribue à exercer un certain contrôle et à stimuler des sentiments de souffrance qui, bizarrement, vous sont agréables.
  • Vous remarquez vos changements d’humeur lorsque vous prenez du café ou de l’alcool. Un verre vous rend enthousiaste, optimiste, voir même… heureux.
  • Vous avez l’impression de gâcher votre vie, au point de vous demander : quel est le but ? Pourquoi devrais-je continuer à avancer ?

Accepter d’être en proie à la dépression est loin d’être facile

Si vous reconnaissez, chez vous, l’un ou l’autre des signes évoqués ci-dessus, il est encore peut-être difficile d’admettre que vous êtes en proie à la dépression. Pourquoi est-ce ainsi ?

Simplement, parce que vous ne voulez pas tomber dans la catégorie des « déprimés ». Vous êtes probablement à un stade dans lequel vous pensez encore vous sortir seul(e). Vous avez d’ailleurs l’impression qu’il serait insultant de vous considérer comme une personne déprimée car vous n’avez aucune raison réelle de l’être.

Par ailleurs, vous avez votre fierté personnelle et votre propre identité et confiance en soi en souffrent. En admettant que vous êtes en proie à la dépression, vous admettez que vous êtes vulnérable et vous éloignez du superhéros (ou de la superhéroïne) dont vous donniez l’image, hier encore.

Vous réalisez que votre vie a besoin de changement… vous commencez à admettre votre propre responsabilité et, de ce fait, vous avez l’impression que pour en sortir, la route sera longue.

Accepter d’être en proie à la dépression n’est pas facile parce que vous découvrirez, sur les visages de vos proches et des gens qui vous entourent, du chagrin ou de la colère. Vous vous imaginez tout à coup qu’ils penseront que vous ne prenez pas suffisamment soin de vous…

Sortir de la dépression : par où commencer ?

S’il y a plusieurs formes de dépression, il y a également plusieurs solutions. D’abord, il est important de vous reposer. Ensuite, le recours à une thérapie doit se faire rapidement et sans aucune honte. Se prendre en main, c’est se tourner vers une personne compétente, tel un médecin ou un psychologue.

Sortir de la dépression, c’est également pratiquer la gratitude et établir des liens avec les autres. Diminuez le nombre de vos responsabilités et passez plus de temps à créer, à composer, à faire ce que vous aimez. Changez-vous les idées, donnez un sens à ce que vous faites.

Bien entendu, les solutions présentées ci-dessus ne sont pas faciles à mettre en œuvre. Une raison supplémentaire pour aller chercher le soutien dont vous avez besoin le plus rapidement possible.

1072 mots

EN SAVOIR PLUS SUR CET AUTEUR ET LUI DEMANDER UN DEVIS

Combien coûte la rédaction d’un article santé et bien-être de ce type ?

Sur cUltiSanté, ce type d’article santé et bien-être est vendu au tarif défini par l’auteur, soit 77€ HT.

Ce contenu vous séduit ? Vous aimeriez un contenu santé et bien-être similaire pour votre site web ? Cliquez ici pour en savoir plus sur l’auteur