De tout temps, les bienfaits de l’ail pour la santé ont été mis en avant et les théories et preuves scientifiques ne manquent pas. Ainsi, au fil des siècles, l’ail a été présenté comme un aliment naturel capable de combattre la peste et les infections, de faire fondre les graisses, d’éliminer les parasites, de réduire le cholestérol, de stimuler le système immunitaire, de prévenir le cancer, de guérir la bronchite, de contrôler la tension artérielle, de traiter l’impuissance, de renforcer les muscles, d’améliorer la santé des poumons et de repousser les insectes… En plus de contribuer à la digestion, à la circulation sanguine, à la fertilité et à la santé respiratoire, l’ail semble être un remède miracle, capable de guérir tous les maux. Ou presque. Car l’ail, s’il a de nombreuses vertus, présente également des méfaits. Nous faisons le point.

 

L’ail, superaliment ancestral

L’ail est l’un des rares produits naturels utilisés dans les trois principaux systèmes de guérison anciens dans le monde : en Inde, dans l’Ayurveda, en médecine traditionnelle chinoise et dans la médecine classique européenne. Cela fait des millénaires que l’ail est utilisé pour traiter les maladies. A ce titre, on le retrouve comme remède dans le plus ancien texte médical au monde, le Papyrus d’Eber, dont l’existence remonte à 1552 av. J.-C. L’ail est également mentionné dans un livre datant de la Rome antique, rédigé par Dioscoride en l’an 1 de notre ère, la Materia Medica. Ce livre fut d’ailleurs utilisé en Europe jusqu’au 17e siècle.

Panacée miraculeuse pour beaucoup, l’ail est cultivé à travers le monde entier. Il est apparenté à l’oignon, au poireau et à la ciboulette. Les origines de l’ail se trouveraient en Sibérie, mais sa propagation à travers le monde a été rapide, puisqu’on retrouve les premières traces de l’utilisation de l’ail à travers la planète en remontant … cinq millénaires !

Le plus souvent, l’ail est utilisé pour les affections liées au cœur et au système circulatoire, comme l’hypertension artérielle, le cholestérol, un taux élevé de matières grasses dans le sang ou encore le durcissement des artères.

 

Les bienfaits de l’ail : sur quelles pathologies agit-il ?

L’ail produit un composé organo-sulfuré appelé allicine. L’allicine serait à l’origine des nombreuses vertus de l’ail, mais également à l’origine de son goût particulièrement prononcé. Ainsi, lorsque l’ail prend de l’âge, il perd de sa saveur, mais également de son efficacité.

En se basant sur les textes et les études publiées au cours des années passées, voici un résumé des conditions et pathologies réagissant favorablement à l’ail :

Le durcissement des artères (l’athérosclérose)

Lorsqu’une personne avance en âge, ses artères ont tendance à perdre leur capacité d’étirement et de flexion. L’ail semble réduire cet effet. La prise d’un supplément spécifique de poudre d’ail, à raison de deux fois par jour pendant 24 mois, réduirait le processus de durcissement des artères.

Le diabète

L’ail réduirait légèrement la glycémie avant les repas chez les personnes atteintes de diabète comme chez les personnes ne souffrant pas de diabète.

Le cholestérol et les matières grasses dans le sang

Les recherches sur l’impact de l’ail sur le cholestérol et les graisses dans le sang sont sujettes à débat, mais les données les plus fiables suggèrent que la consommation d’ail peut réduire le mauvais cholestérol. En revanche, il n’aiderait pas à augmenter les lipoprotéines de haute densité, c’est-à-dire le « bon cholestérol » ou encore à faire baisser les taux d’autres lipides sanguins (les triglycérides).

L’hypertension artérielle

La consommation d’ail par voie orale semble réduire la tension artérielle systolique d’environ 7 à 9 mm Hg et la tension artérielle diastolique d’environ 4 à 6 mm Hg chez les personnes hypertendues.

Le cancer de la prostate

Les études d’observation menées en Chine, et notamment sur les hommes qui consomment environ une gousse d’ail par jour, semblent indiquer que ces derniers présentent moins de risque de développer un cancer de la prostate. D’autres études, en revanche, tendent à indiquer que la consommation d’ail n’affecte en rien le risque de développer ce type de cancer.

Les piqûres de tiques

Les personnes qui consomment de grandes quantités d’ail sur une période d’environ 8 semaines semblent avoir un nombre réduit de piqûres de tiques. Néanmoins, l’effet de l’ail en tant que répulsif n’est pas prouvé. Une constatation à prendre avec précaution, donc.

Le pied d’athlète

L’application d’un gel contenant 1% d’ajoène, un composant chimique présent dans l’ail, semble être efficace pour traiter le pied d’athlète.

Gare aux méfaits de l’ail !

Comme tout produit naturel, l’ail présente des effets secondaires qu’il est important de prendre en considération.

Consommé par voie orale, l’ail cause des effets immédiats sur l’haleine, ainsi qu’une sensation de brûlure en bouche ou dans l’estomac, avec des risques d’indigestion, des gaz, des nausées, des vomissements, une odeur corporelle et parfois, des diarrhées. Ces effets secondaires sont souvent occasionnés par la consommation d’ail cru.

Il faut également savoir que l’ail peut également augmenter le risque de saignements. Par exemple, des saignements ont été signalés après une chirurgie chez des personnes ayant consommé de l’ail. Des cas d’asthme ont également été signalés chez des personnes travaillant régulièrement avec l’ail.

Les produits à base d’ail, lorsqu’ils sont appliqués sur la peau, peuvent causer des dommages cutanés semblables à des brûlures. A ce titre, l’ail cru est très probablement peu sûr lorsqu’il est appliqué à même la peau, pouvant causer une grave irritation cutanée chez les personnes sensibles.

En cas de grossesse et d’allaitement, s’il est consommé dans des quantités « normales », l’ail ne présente, en principe, aucun danger. En revanche, lorsqu’il est utilisé pour des raisons médicales pendant la grossesse et l’allaitement, les informations sont insuffisantes pour permettre de déclarer l’ail comme un aliment inoffensif.

Pour les enfants, l’ail est en principe un aliment peu dangereux. Néanmoins, consommé à fortes doses, les risques existent, au même titre que lorsqu’il est appliqué directement sur la peau, engendrant des brûlures.

L’ail présente de nombreux bienfaits pour la santé. Néanmoins, comme tout aliment naturel, et aussi bon qu’il soit, l’ail doit être consommé avec précaution, surtout chez les personnes sensibles. Pour consommer de l’ail en toute sécurité, l’avis d’un nutritionniste ou d’un professionnel de santé est recommandé.

Combien coûte la rédaction d’un article santé et bien-être de ce type ?

L’agence éditoriale cUltiWeb propose ce type d’article santé et bien-être au prix de 62,46€ HT (image libre de droit comprise). Ce contenu vous séduit ? Vous aimeriez un contenu santé et bien-être similaire pour votre site web ? Cliquez ici pour obtenir un devis en seulement 24 heures sur le site cUltiWeb.fr.